Critique du film « The French Dispatch– – Une Anthologie charmante et Amusante avec du Cœur

Le plus récent film de Wes Anderson, The French Dispatch, est une anthologie de comédie dramatique mettant en vedette une longue liste impressionnante de grandes stars du cinéma. Le film est un ajout étonnant à la filmographie unique et visionnaire de Wes Anderson.

La Dépêche française suit un groupe de journalistes qui écrivent pour le magazine américain nommé « La Dépêche française ». »Le film est raconté de manière créative à travers le prisme de leurs chroniques respectives et de leurs expériences de journalisme d’investigation alors qu’ils organisent la dernière édition du magazine après la mort du rédacteur en chef. Les mini-histoires incluent celle d’une révolution étudiante, d’un artiste emprisonné avec sa muse de gardien de prison et d’un mystère d’enlèvement. L’ensemble du film met en vedette le casting habituel de Wes Anderson avec des noms tels que Bill Murray, Owen Wilson et Tilda Swinton, mais comprend également des débuts de Wes Anderson tels que Timothée Chalamet et Alex Lawther.

En tant que film de Wes Anderson, les visuels sont une pièce essentielle de l’expérience dans son ensemble. Du cadrage au classement des couleurs, le film est vraiment une peinture en mouvement. Outre la cinématographie renommée de Wes Anderson, les choix cinématographiques qui se démarquaient parmi les autres étaient les décors, le montage et l’inclusion d’animations et de miniatures.

Les décors de La Dépêche française étaient visionnaires et dégageaient l’impression imaginative et fantaisiste d’une pièce de théâtre. Chaque mini-histoire avait un ton distinct et un caractère unique qui reposait fortement sur le monde immersif créé par la scénographie. L’attention portée aux détails est remarquable et le design est cohérent avec des choix intentionnels en matière de symétrie et de couleur. Un exemple de la scénographie mémorable était au Café Le Sans Blague. Cet ensemble était d’un jaune vif et servait de lieu de rencontre jeune et audacieux pour les jeunes révolutionnaires du chapitre du film, “Révisions d’un manifeste.”À l’intérieur du café, des éléments particuliers tels que le juke-box, le flipper, les sols en carreaux et l’escalier en colimaçon ont créé un espace qui ressemblait à son propre caractère du film. Il a également parfaitement capturé l’attitude et le ton des jeunes révolutionnaires et a fait une image durable dans l’esprit du public. Le montage a été une autre pièce du film d’une inspiration impressionnante. En tant qu’anthologie, c’était attachant dans la façon dont les trois chapitres étaient divisés et introduits à travers chacun des titres de colonnes de la publication. Cette organisation a aidé au rythme et au rythme du film. Ce choix d’édition a créé peu de place pour la confusion entre les chapitres en préfaçant chaque histoire avec un changement de thème et d’auteur. Une grande partie du timing comique du film était également en grande partie due aux choix de montage spirituels. Le film a suscité de nombreux rires authentiques de la part du public et a réussi à se qualifier de comédie grâce à des modifications au bon moment. Le montage était visuellement ludique et contenait beaucoup plus de substance que les coupes et les transitions de base.

La Dépêche française comprenait également de petites scènes d’animation charismatiques et des décors miniatures pratiques. Cet élément supplémentaire de narration a contribué à créer la construction du monde de Wes Anderson de la sensationnelle ville fictive, Ennui-sur-Blase. Il a également servi de moyen inventif pour représenter des scènes animées de manière fantastique qui seraient autrement limitées au cinéma traditionnel. Ce choix créatif a été mémorable et incroyablement spirituel en termes de recherche de moyens alternatifs pour réaliser la vision de grands plans-séquences sans perdre le charme nostalgique du story.In en termes d’interprétation, l’ensemble de l’ensemble a donné des performances incroyablement fortes. Adrien Brody, Tilda Swinton et Benicio Del Toro sont les rares personnalités qui se sont démarquées du reste. Adrien Brody et Tilda Swinton ont donné des performances hilarantes et exubérantes dans le rôle de Julien Cadazio et J.K.L. Berensen. Les deux n’étaient pas des personnages qui avaient nécessairement beaucoup de profondeur, mais qui demandaient toujours l’attention du public de leur forte présence à l’écran. Benicio Del Toro a incarné Moses Rosenthaler et est devenu lui avec facilité. Le rôle n’était pas particulièrement exigeant, mais Benicio Del Toro a réussi à laisser un impact émouvant avec peu de mots, d’actions ou de grandes émotions. En dépit d’être une anthologie, ces trois performances ont été extrêmement mémorables et ont laissé l’impression la plus durable.Du point de vue de l’écriture, La Dépêche française était authentique et imaginative. Wes Anderson a écrit de tels personnages dimensionnels que le public pouvait comprendre et comprendre, quel que soit son temps d’écran. Alors que les différents chapitres variaient en personnages et en intrigue, les thèmes principaux restaient clairement cohérents comme la solitude, l’amitié, la famille, l’amour et la mort. C’était une histoire satisfaisante qui s’est bien conclue comme la fin d’une ère de “La Dépêche française.”

Le film dans son ensemble a été efficace pour créer une expérience immersive et émotionnelle globale. La combinaison de visuels à couper le souffle avec un jeu d’acteur incroyable était magnifique. La Dépêche française est un film unique en son genre qui mérite une large reconnaissance pour l’œuvre d’art qu’il est.

Une critique serait que le film a commencé à traîner vers la fin. Il a perdu son rythme au dernier chapitre, « La salle à manger privée du commissaire de police”, et il était difficile de rester complètement investi. Ce changement de rythme était potentiellement dû au fait que les deux premiers chapitres étaient les plus forts et que le dernier manquait d’un objectif clair distinct comme le précédent. Malgré cette observation, le film pouvait être apprécié par beaucoup et méritait même d’être revu.

La Dépêche française conviendrait mieux à ceux qui aiment l’humour non conventionnel, les histoires excentriques et les visuels évadés. En gros, ce film devrait être près du sommet de la liste de surveillance 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *